Olga Spessivtseva

 

 

   1895-1991

 

 Olga Spessivtseva (parfois écrit Spessiva) naît à Rostov le 5 juillet 1895. Son père décède alors qu'elle n'est qu'une jeune enfant, sa mère est alors contrainte de la placer avec ses quatre frères et soeurs à l'orphelinat. Elle entre à dix ans à l'école Impériale de danse de Saint-Pétersbourg où elle est remarquée pour sa beauté et son perfectionnisme. Elève de Klaudia Kulichevskaya, elle se voit confier le rôle titre du spectacle de fin d'études dans Contes d'une nuit blanche. Elle est engagée peu de temps après dans le corps de ballet du Théatre Marinski. Dés sa première saison au sein de cette compagnie, elle interprète des rôles de solistes.

En 1914, elle triomphe dans La fille du Pharaon de Marius Petipa et l'année suivante elle est Aurore dans la Belle au Bois Dormant. Olga Spessivtseva devient étoile* du Marinski  en 1918. Danseuse exceptionnellement douée, elle est remarquée par Diaguilev qui l'engage dans sa troupe en 1916 après la défection de Tamara Karsavina. Elle le rejoint à New-York où se produisent les Ballets Russes et danse avec cette compagnie le Spectre de la Rose, La Princesse enchantée (avec Nijinski pour partenaire). Boris Kochno dira d'elle "Comme Nijinski, c'était un être inspiré, ses dons défiaient les lois de la physique". Après cette grande tournée américaine, Olga est de retour au Marinski ou elle danse tous les grands rôles du répertoire. Le 30 mars 1919, elle interprète sa première Giselle, son triomphe est total et "sa" Giselle est jugée supérieure à celle de Pavlova ou Karsavina. Durant le terrible hiver de 1919-1920 où les conditions de travail au Marinski s'avèrent très difficile par le manque de chauffage et de lumière, Olga, épuisée par le travail contracte la tuberculose. Elle part en soin au sanatorium du Caucase et grâce à sa tenacité alors que personne ne croyait qu'elle s'en sortirait, elle réintègre le théatre en 1921 ! Peu de temps après, elle est contactée par Diaguilev qui remonte la Belle au bois Dormant à Londres. Le 2 novembre 1921 a lieu la première et Olga retourne en Russie après la fin des représentations.

C'est alors que Jacques Rouché (directeur de l'Opéra à l'époque) lui propose le rôle de Giselle dans la production de Sergueev, ce ballet n'avait pas été dansé à Paris depuis 1868 ! Olga arrive à Paris le 1er novembre 1924 après avoir obtenu un visa pour sortir de Russie. Elle se voit offrir un contrat de neuf mois avec l'Opéra où elle dansera avec le rang d'étoile de l'Opéra de Paris. Lors de sa première répétition, les danseurs de l'Opéra qui s'attendaient à cotoyer une diva de la danse sont déçus en voyant sa fragilité et le fait qu'elle ne parle pas un mot de français n'arrange rien. Elle reste au sein de la compagnie parisienne jusqu'en 1927 et continue à danser en parallèle avec la compagnie des Ballets Russes. A l'Opéra, elle trionphe dans Les Rencontres de Bronislava Nijinska aux côté de Serge Peretti, dans La Péri de Léo Staats pour lequel elle eut un immense succès. Aux ballets Russes elle danse L'Oiseau de Feu de Léonide Massine.

En 1927, elle crée aux Ballets de Monte-Carlo le ballet La Chatte de George Balanchine et là encore son succès est totale. En 1928, un conflit éclate entre Olga et Diaghilev car elle refuse de danser La Chatte à Paris en  prétextant une blessure, Diaghilev croyant à un capice entre dans une telle colère qu'Olga est véxée et quitte la troupe pour rejoindre de nouveau l'Opéra. Elle y danse durant les saisons de 1928 et 1929.Elle se réconcilie avec Diaghilev en décembre 1928 et danse à nouveau dans sa compagnie, puis Olga retourne dans la compagnie parisienne après le décès brutal de Diaghilev en août 1929. Sa mésentante avec Serge Lifar à l'Opéra fait qu'elle danse souvent à l'étranger notamment au Colon de Buenos Aires où elle reste six mois puis à Londres.

De retour sur la scène parisienne de 1931 à 1932, elle danse pour la dernière fois Giselle avec Serge Lifar le 11 mars 1932. Elle rencontre à cette époque Leonard Brown, un riche américain avec lequel elle vivra de nombreuses années. Après son départ de l'Opéra, elle danse en 1933 dans la compagnie fondé par le mari d'Anna Pavlova, Le Ballet Russe Classique.Dansant tous les jours lors de la tournée triomphale en Australie, Olga montre des premiers signes de fatigues très inquiètants. Leonard Brown la ramène immédiatement à Paris, elle se remet après plusieurs mois de repos et fonde sa propre compagnie qui se produit à l'Opéra Comique en juin 1935. Le programme ne rencontre pas lesuccès escompté, Olga est  déçue et décide de ne plus jamais danser, elle tiendra sa promesse à l'exception d'un gala à Buenos Aires en 1937.

En 1939, Olga montre à nouveau des signes de dépression et elle est envoyée dans un sanatorium. Mr Brown décède d'une crise cardiaque et sans son soutien Olga est envoyée dans un hôpital psychiatrique. En 1942, Anton Dolin la découvre enfermée, le regard vide, pâle et au milieu d'une douzaine de femmes hystériques. Il se battra pendant des années pour la sortir de cet univers infernal. En juin 1962, grâce à un nouveau médicament elle guérit et passe qualques jours à New York en compagnie de George Balanchine où ils évoquent leurs souvenirs.

Par la suite, grâce au soutien de ses amis et surtout d'Anton Dolin, Olga est recueillie à la Tolstoï Fondation, une maison de retraite pour les émigrés russes. Olga recouvre une mémoire prodigieuse. Elle décède en 1991.

 

 

Aspicia dans la Fille du Pharaon Giselle
    
 1934   La Chatte de G.Balanchine 
      

 

>>Cliquez sur les photos pour les agrandir<<

 

×